Newsletter
LE BON GRAIN ET L'IVRAIE
Dernière parution
de l'auteur
Dieu - La science Les preuves
Archives

Consubstantialité corporelle du Fils au Père…





Le mot « consubstantiel » employé par le saint Magister catholique dans le credo est à comprendre dans l’utilisation « corporelle » qui en est faite au concile de Trente :

Lors de la session 13 de ce saint concile, au décret du sacrement de l’eucharistie, chapitre 4 intitulé « de la transsubstantiation » il est écrit (voir ci-après ma compréhension de ce texte latin) : « per consecrationem panis & vini, conversionem fieri totius substantiæ panis in substantiam corporis Christi domini nostri, & totius substantiae vini in substantiam sanguinis ejus ; » (source voir (1)).

On y lit donc que par la consécration du pain et du vin, la conversion est faite de toute la substance du pain dans la substance du corps du Christ notre seigneur, et de toute la substance du vin dans la substance de son sang.

Plus loin à propos « Du sacrosaint sacrement de l’eucharistie » ce même concile écrit : « CANON I : Si quis negaverit, in sanctissimo eucharistiae sacramento contineri vere, realiter & substantialiter corpus & sanguinem una cum anima & divinitate domini nostri Jesu Christi, … » (source voir (2)).

On y lit que dans le sacrement de l’eucharistie est maintenu uni vraiment, réellement et substantiellement le corps et le sang un avec l’âme et la divinité de notre seigneur Jésus-Christ.

On peut donc tout simplement croire, puisque l’humain est à l’image et ressemblance de Dieu, que la consubstantialité du Fils provient, de même que l’humain, de son engendrement par le Père selon le Credo catholique : « Dieu de Dieu, lumière de la lumière, Dieu vrai de Dieu vrai ; engendré, non fait ; consubstantiel au Père ; » traduit du latin canonique : « Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero ; genitum, non factum ; consubstantialem Patri ; » (source voir (3)).

Puisque l’humain est à l’image et ressemblance de Dieu… on peut donc tout simplement croire que Jésus-Christ tient sa substance « corporelle » par engendrement par la substance « corporelle » du Père, de même qu’un humain tient sa substance corporelle par engendrement de la substance corporelle de son père humain.





Par Arnaud Barbey, le 28 novembre 2021

eucharistie – consécration – consubstantiel – transsubstantiation – consubstantialité


NOTE (1) : Source : saint Concile de Trente dans l’édition : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 82 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

NOTE (2) : Source : saint Concile de Trente dans l’édition : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 84 82 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

NOTE (3) : Concile de Trente, session 3, Décret du symbole de la foi.

Source : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 19 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ursule
ursule
3 mois il y a

d’arnaud test 10/03/2024 à 11h51