Newsletter
LE BON GRAIN ET L'IVRAIE
Dernière parution
de l'auteur
Dieu - La science Les preuves
Archives

Author Archive

Consubstantialité corporelle du Fils au Père…





Le mot « consubstantiel » employé par le saint Magister catholique dans le credo est à comprendre dans l’utilisation « corporelle » qui en est faite au concile de Trente :

Lors de la session 13 de ce saint concile, au décret du sacrement de l’eucharistie, chapitre 4 intitulé « de la transsubstantiation » il est écrit (voir ci-après ma compréhension de ce texte latin) : « per consecrationem panis & vini, conversionem fieri totius substantiæ panis in substantiam corporis Christi domini nostri, & totius substantiae vini in substantiam sanguinis ejus ; » (source voir (1)).

On y lit donc que par la consécration du pain et du vin, la conversion est faite de toute la substance du pain dans la substance du corps du Christ notre seigneur, et de toute la substance du vin dans la substance de son sang.

Plus loin à propos « Du sacrosaint sacrement de l’eucharistie » ce même concile écrit : « CANON I : Si quis negaverit, in sanctissimo eucharistiae sacramento contineri vere, realiter & substantialiter corpus & sanguinem una cum anima & divinitate domini nostri Jesu Christi, … » (source voir (2)).

On y lit que dans le sacrement de l’eucharistie est maintenu uni vraiment, réellement et substantiellement le corps et le sang un avec l’âme et la divinité de notre seigneur Jésus-Christ.

On peut donc tout simplement croire, puisque l’humain est à l’image et ressemblance de Dieu, que la consubstantialité du Fils provient, de même que l’humain, de son engendrement par le Père selon le Credo catholique : « Dieu de Dieu, lumière de la lumière, Dieu vrai de Dieu vrai ; engendré, non fait ; consubstantiel au Père ; » traduit du latin canonique : « Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero ; genitum, non factum ; consubstantialem Patri ; » (source voir (3)).

Puisque l’humain est à l’image et ressemblance de Dieu… on peut donc tout simplement croire que Jésus-Christ tient sa substance « corporelle » par engendrement par la substance « corporelle » du Père, de même qu’un humain tient sa substance corporelle par engendrement de la substance corporelle de son père humain.





Par Arnaud Barbey, le 28 novembre 2021


NOTE (1) : Source : saint Concile de Trente dans l’édition : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 82 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

NOTE (2) : Source : saint Concile de Trente dans l’édition : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 84 82 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

NOTE (3) : Concile de Trente, session 3, Décret du symbole de la foi.

Source : Sacrosancta Concilia de Labbei et Cossarti Ad Regiam Editionem, venetiis MDCCXXXIII, tome 20, page 19 : consultable sur internet en PDF sur patristica.net/labbe, édition de 1728 à 1733.

Ce livre prouve l’existence d’un Créateur par l’étude épistémologique du langage

Une vraie preuve de l’existence d’une Intelligence créatrice du vivant est la capacité de langage arbitraire humain, de même que les langages des animaux, ou le langage ADN… ce livre en développe la logique.

Dernière parution
de l’auteur
Dieu - La science Les preuves

Les choses stupides… Dieu les a élues pour confondre les sages aujourd’hui…





La première lecture dominicale de ce jour de dimanche 31 octobre, veille de la Toussaint… selon l’habitude de fornication des traductions bibliques dans la « bible officielle liturgique » publiée en 2013 par nos francophones épiscopes, écrit selon la doxa ambiante et non selon la vérité scripturaire, je cite : «Écoute, Israël :le Seigneur notre Dieu est l’Unique.» !!!

Mais nous ne devons pas écouter cela car la sainte bible liturgique « typique » catholique écrit : « Ecoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est un Seigneur.» (Deutéronome 6, 4 et Marc 12, 29 ; voir (1)).

Le même texte latin selon saint Marc, aussi dans la lecture dominicale de ce jour, est pourtant traduit… autrement par : « ‘Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. » ; cette fois ci la traduction n’a pas eu la flemme de traduire le mot « Seigneur »… mais elle a encore traduit « un » par « unique »… alors que le texte latin n’écrit pas « unicus », mais écrit « unus » qui est un adjectif numéral cardinal… donc après le « un » il y a le « deux », etc.  En fait une meilleure traduction est : « Ecoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est le Seigneur un. ».

Donc notre bible liturgique nationale concoctée avec beaucoup d’intellectualisation par nos épiscopes pour ressembler le plus possible à l’attente de la doxa ambiante… peu importe ou presque la sainte Parole de Dieu… se met en incohérence avec elle-même quand elle doit avouer à demi en traduisant saint Paul… qu’effectivement les seigneurs sont nombreux…

Donc notre bible liturgique nationale écrit en (1 Cor 8, 5) : « Bien qu’il y ait en effet, au ciel et sur la terre, ce qu’on appelle des dieux – et il y a une quantité de « dieux » et de « seigneurs » –, »

Alors bien entendu… pour ne pas paraître ridicule à tous ceux de notre ère catholico-dépressive qui raffolent de la tradition même si elle est erronée… notre bible liturgique nationale, concoctée avec beaucoup d’intellectualisation par nos épiscopes, a mis entre guillemets les « dieux » et les « seigneurs »… pour bien signifier que ce ne sont pas vraiment des dieux et des seigneurs… ce qui de manière évidente n’est pas du tout la signification biblique vraie… Donc notre bible liturgique nationale enseigne fallacieusement que le Seigneur notre Dieu est l’unique, ou est l’unique Seigneur…

Car si le Seigneur notre Dieu « est un Seigneur », ou « est le Seigneur un »… c’est qu’il y a d’autres seigneurs comme l’écrit en vérité saint Paul : «[…], si certes les dieux sont nombreux et les seigneurs nombreux, pour nous cependant un seul Dieu Père, duquel toutes choses et nous en celui-ci, et un seul Seigneur Jésus-Christ, par lequel toutes choses et nous par lui-même.» (1 Cor 8, 5-6 ; voir (2)).

Les saintes écritures sont pourtant abondantes et objectives à ce sujet… il existe de nombreux dieux qui sont les fils du Très-haut, dont un seul est Dieu Père ; et il existe de nombreux seigneurs dont un seul, Jésus-Christ, est Notre Seigneur… c’est pourtant simple mais… : « … mais, lesquelles choses du monde sont stupides, a élues Dieu, afin qu’il confonde les sages, » (1 Corinthiens 1, 27 ; voir (6)).

Le même évangile de ce jour demande… donc aussi à nos épiscopes de dilectionner le Seigneur leur Dieu de tout leur cœur et de toute leur âme et de toute leur fortitude… Est-ce le faire que de traficoter les saintes écritures pour servir à leurs ouailles des falsifications dans le seul but, semble-t-il ?, de ne pas heurter les cathos déformés par la doxa catholico-dépressive, ces cathos qui sont tombés dans une fausse tradition lorsqu’ils étaient petits, voire même devenus immunes contre la vérité… ceux dont saint Paul écrit : « Et vous, […] un jour vous avez marché selon le siècle de ce monde, selon le prince du pouvoir de l’air, » (Ephésiens 2, 1 ; voir (5)).

Pourquoi donc ne pas avouer humblement qu’il existe de nombreux dieux et de nombreux seigneurs… et enfin enseigner que le seul qui soit « unique » est le Dieu Père ! Car parmi les nombreux dieux… un seul est Dieu Père… et parmi les nombreux seigneurs, celui qui est Seigneur de saint Paul et de ceux pour qui il écrit, est Jésus-Christ Notre Seigneur… Oui, la sainte bible enseigne que les dieux sont les fils du Très-Haut… : « Dieu se tenait au concile divin, au milieu des dieux il juge. […] Moi j’ai dit : vous êtes des dieux, et tous fils du Très-Haut. » (Psaume 82, 1 et 6-7; voir (4)).

Alors où est le problème !!! pourquoi le refuser !!! C’est pourtant simple mais… : « … mais, lesquelles choses du monde sont stupides, a élues Dieu, afin qu’il confonde les sages, » (1 Corinthiens 1, 27 ; voir (6)).





Par Arnaud Barbey, le 31octobre 2021






Dernière parution
de l’auteur
Dieu - La science Les preuves

(1) — Traduit de la neuve vulgate typique en (Deutéronome 6, 4 et Marc 12, 29) : « Audi, Israel: Dominus Deus noster Dominus unus est »

(2) — Traduit de la neuve vulgate typique en (1 Cor 8, 5-6) : « 5 […], si quidem sunt dii multi et domini multi, 6 nobis tamen unus Deus Pater, ex quo omnia et nos in illum, et unus Dominus Iesus Christus, per quem omnia et nos per ipsum. »

(3) — Traduit de la neuve vulgate typique en (Ps 136 (135), 2-3) : « 2 Confitemini Deo deorum, […] 3 Confitemini Domino dominorum, »

(4) — Traduit de la neuve vulgate « typique » en (Psaume 82, 1 puis 6-7) : « Deus stetit in concilio divino, in medio deorum iudicat. […] Ego dixi : Dii estis, et filii Excelsi omnes. »

(5) — Traduit de la vulgate « typique » en (Ephésiens 2, 1) : « Et vos, […] aliquando ambulastis secundum saeculum mundi huius, secundum principem potestatis aeris, »

(6) — Traduit de la vulgate « typique » en (1 Corinthiens 1, 27) : « … sed, quae stulta sunt mundi, elegit Deus, ut confundat sapientes,… »

Elie est revenu écrit l’Evangile, et Elie signifie « mon Dieu », on peut croire qu’il est l’Esprit-Saint incarné :





Au moment de la mort de notre Seigneur sur la croix la bible enseigne qu’il faut traduire « Eli, Eli » par « Deus meus, Deus meus », ce qui signifie « mon Dieu, mon Dieu ». Cela est écrit dans la bible vulgate au moment où Jésus prononce avant de mourir : « Eli, Eli, lema sabacthani ?”, hoc est : “Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquisti me ?” », ce qu’on peut traduire en français par « Eli, Eli, lema sabacthani ?, ceci est :mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu redélaissé ? » (Mathieu 27, 46 ; et Marc 15, 34). Or la foule entend bien que Jésus-Christ appelle Elie (Mathieu 27, 47 et 49, et Marc 15, 35 et 36), et Jésus nous apprend qu’Elie est à venir et restituera toutes choses… tout en faisant comprendre à ses disciples qu’il parle là de saint Jean-Baptiste (Mathieu 17, 11-12). Mais en saint Marc, et Marc 9, 11). Les israélites attendaient Elie, et certains pensent que Jésus est Elie qui est revenu (Mathieu 16, 14 ; Marc 6, 15 ; Luc 9, 19 ; Jean 1, 21).

Saint Malachie avait prophétisé de retour d’Elie le prophète «avant que vienne le jour du Seigneur grand et horrible»… (Malachie 3, 23-24) : certes ce verset de la bible fait partie des nombreux que nous n’aimons pas entendre… mais faut-il le cacher ? il provient du latin : «antequam veniat dies Domini magnus et horribilis.» de la bible canonique catholique… mais ce passage ajoute qu’Elie reviendra pour justement éviter que le Seigneur frappe la terre d’anathème… en tournant le cœur des pères vers les fils, et des fils vers leurs pères. Elie a fort à faire car la mission de Jésus-Christ semble exactement contraire quand il dit qu’en fait il est venu séparer l’homme vis-à-vis de son père (Mathieu 10, 35)… certes ce verset est de ceux que nos pasteurs évitent à tout prix de dire à haute voix… et encore plus de commenter…

Les israélites du temps de Jésus-Christ attendaient donc aussi ce retour d’Elie… On parle de retour du prophète Elie car les spécialistes de l’histoire pensent que Malachie a vécu vers le 4ème siècle avant Jésus-Christ, après l’incarnation du prophète Elie qui aurait vécu vers le 9ème siècle avant Jésus-Christ. La prophétie de Malachie a donc été faite après l’incarnation d’Elie.

Saint Jean-Baptiste quant à lui précèdera le Seigneur dans l’esprit et la puissance d’Élie en (Luc 1, 17). Et Jésus-Christ parle de Jean-Baptiste en disant que c’est lui Élie qui est à venir (Mathieu 11, 14)… Et même après que saint Jean-Baptiste ait été mis à mort par le roi Hérode (Mathieu 14, 10-11), Jésus explique qu’Elie est à venir (au futur) et restituera (au futur) toutes choses (Mathieu 17, 11-12 : «“Elias quidem venturus est et restituet omnia.»). Donc si avait vraiment été Elie lui-même… pourquoi est-il au futur « à venir et restituera toutes choses » alors que saint Jean-Baptiste, dont il est dit qu’il est Elie, a déjà été mis à mort… Ce que Jésus confirme en parlant ici d’Elie au futur au verset 11, puis tout de suite au passé verset 12 suivant… où il est écrit au verset 13 suivant qu’il parle de saint Jean-Baptiste, et où on comprend bien qu’il a déjà souffert sa passion (été mis à mort), comme Jésus Lui-même le sera par les mêmes qui ont assassiné saint Jean-Baptiste.

Alors si Elie serait Jean-Baptiste en tant que la même personne… cela est incohérent avec les données révélées de la sainte vulgate canonique. Car Elie ne peut pas être à venir au futur, tout en étant Jean-Baptiste qui est déjà mort… où alors il faudrait admettre, Elie ayant déjà été incarné autrefois (voir l’ancien testament), que Jean-Baptiste serait la réincarnation d’Elie…

Mais de Plus on ne peut aisément croire qu’Elie est Dieu puisque ce mot signifie «mon Dieu» selon l’évangile dans son édition vulgate latine canonique… et aussi, Jean-Baptiste ne peut pas la même personne qu’Élie puisqu’il est écrit que Jean-Baptiste est « dans l’esprit et la puissance d’Élie », si Jésus dit qu’il est Elie… c’est que c’est Elie qui agit par Saint Jean-Baptiste… Alors soit Elie est l’ange de saint Jean-Baptiste, et encore celui de Jésus-Christ qui s’adresse à Lui qui l’a abandonné sur la croix… ou soit Elie est l’Esprit-Saint incarné…

Et il est aussi écrit de saint Jean-Baptiste «et par l’Esprit-Saint il sera empli à nouveau encore depuis l’utérus de sa mère» (Luc 1, 15). Alors que Jean-Baptiste précèdera le Seigneur dans l’esprit et la puissance d’Élie en (Luc 1, 17), en même temps qu’il est empli de l’Esprit-Saint depuis l’utérus de sa mère… semble, en prenant aussi en compte le reste des saintes écritures, suffisant pour croire qu’Elie est bien l’Esprit-Saint incarné.

Rappelons encore qu’Elie eut, de même que Jésus-Christ, une ascension en étant enlevé au ciel sur un char de feu (2 Rois 2, 11). De même que le fut la Vierge Marie selon le saint Magister catholique.

Ajoutons que la transfiguration de Jésus eut lieu sur la montagne en présence de Moïse et d’Élie…

Et de Moïse la bible dit qu’il est Dieu pour pharaon : «Et le Seigneur a dit à Moïse : « Voici, j’ai t‘ai constitué Dieu pour Pharaon, et Aaron, ton frère, sera ton prophète.» (Exode 7, 1)… A propos du D majuscule à « Dieu »… l’ancienne édition de la vulgate (la sixto-clémentine) l’écrit… ce que ne fait pas la dernière édition nova vulgata, qui écrit une minuscule : «Dixitque Dominus ad Moysen: “Ecce constitui te deum pharaonis, et Aaron frater tuus erit propheta tuus.» (Exode 7, 1 de la nova vulgata « typique » catholique). Sachant que le Pape Pie XII déclare la vulgate absolument immune de toute erreur dans les choses de la foi et des mœurs : « in rebus fidei ac morum ab omni prorsus esse errore immunem ; » (Pape Pie XII, Divino afflante Spiritu, § 26).

Si Moïse a bien été mis au sépulcre dans une vallée de la terre de Moab… la bible ajoute que l’homme ne connut pas son sépulcre jusqu’à ce jour (Deutéronome 34, 6)… Et s’il n’est pas écrit de Moïse qu’il eut une telle ascension qu’Elie ou Jésus… (Jude 9) précisera que l’archange Michel avec le Diable se sont disputés le corps de Moïse… On peut donc penser aussi que sans aucun doute le corps de Moïse fut enlevé au ciel…

Élie pendant sa vie terrestre est bien connu non seulement pour avoir ressuscité un mort (1 Rois 17, 21-23), le fils d’une veuve chez qui le Seigneur l’avait envoyé pour qu’elle le nourrisse pendant la très sévère sécheresse qu’il avait provoquée… alors qu’elle n’avait plus rien à manger elle-même…, mais Élie est connu par exemple aussi pour avoir tué 450 faux prophètes en les noyant dans une rivière… (1 Rois 18, 40) ! Invoquons donc saint Elie afin qu’il nous débarrasse aujourd’hui encore de tous les faux docteurs patentés de notre époque.





Par Arnaud Barbey, le 04 octobre 2021


Mots clés : saint élie – saint Élie – saint Elie – les 7 miracles d’élie – les sept miracles d’élie – les miracles d’élie le prophète – esprit saint – Esprit Saint – Esprit-Saint

Frères de Jésus…





Avant de s’auto-déclarer « frère de Jésus »… il y a sans doute encore pas mal de chemin à faire ! Car, dit Jésus-Christ Lui-même : « Quiconque en fait aura fait la volonté de mon Père, qui est dans les cieux, lui-même est mon frère et sœur et mère. » (Mathieu 12, 50 voir note 1)

Il ne suffit certes pas de la seule « joie » dans le blé et le vin eucharistiques en chantant « Seigneur, Seigneur… »… : « Chacun, qui me dit : « Seigneur, Seigneur », n’entrera pas dans le règne des cieux, mais qui fait la volonté de mon Père, qui est aux cieux.» (Mathieu 7, 21 voir note 2).





Par Arnaud Barbey le 21 juillet 2021






NOTE 1 : Traduit de la neuve vulgate « typique » et de la vulgate canonique en (Mathieu 12, 50 ) : « Quicumque enim fecerit voluntatem Patris mei, qui in caelis est, ipse meus frater et soror et mater est ”. »

NOTE 2 : Traduit de la neuve vulgate « typique » et de la vulgate canonique en (Mathieu 7, 21) : «1 Non omnis, qui dicit mihi: “Domine, Domine”, intrabit in regnum caelorum, sed qui facit voluntatem Patris mei, qui in caelis est.»

Les femmes ont une âme… en dépit de la mauvaise bible des évêques français…





Mesdames, mesdemoiselles… malgré que le cache la bible de nos évêques français… Oui la femme a bien une âme contrairement à certains bruits qui couraient dans les familles… au temps pas si lointain où on disait encore mademoiselle et où l’âme existait encore dans le parler de l’église en France…

On le montre en effet par ce verset biblique enfin sans ambiguïté… : « les âmes des humains de sexe féminin », traduction du latin canonisé de la vulgate « animae hominum sexus feminei » (Bible, Nombres 31, 35).

CE QUI EST FORT TROUBLANT, c’est que la nouvelle bible catholique de 2013, celle lue tous les dimanches à la messe… défend ici la théorie du genre en refusant de différencier ici les femmes des hommes… et préfère écrire « quant aux personnes humaines » (Bible, Nombres 31, 35)… ce qui est une différence énorme par rapport à « les âmes des humains de sexe féminin » de la nouvelle édition de 1979 de la vulgate latine catholique, de laquelle doit être traduite la nouvelle bible liturgique catholique de 2013… Car la raison du besoin de la nouvelle bible liturgique catholique est la sortie en 1979 de la version neuve vulgate révisée, promulguée par saint Jean-Paul II. Mais le pire est que l’ancienne édition de la vulgate en latin, qui a été canonisée au 16ème siècle… écrit la même phrase exactement que la neuve vulgate de 1979 ! Il y a au moins 5 siècles que la véritable bible catholique explique que les femmes ont une âme… et la mauvaise bible catholique des évêques français en refuse toujours une traduction canonique…

Cacher que ce verset biblique parle des femmes, en remplaçant « humains de sexe féminin » par « personnes humaines« … est bien conforme à l’idéologie du genre puisqu’elle gomme les différences sexuelles. Si ce n’est pas l’idéologie du genre, que serait-ce d’autre alors que de vouloir faire perdurer cette grossièreté ancienne dans l’église de France de vouloir faire penser que les femmes n’ont pas d’âme ? On demande aux nouveaux évêques francophones qui ne sauraient pas cette grossièreté de s’insurger contre cette nouvelle traduction de leurs pairs aînés.

Sachant que ce refrain sur l’existence de l’âme de la femme (de même que le sexe des anges)… est un refrain que beaucoup de chrétiens semble-t-il ont entendu souvent dans leur vie… parfois de manière déconsidérante pour la femme… pour cette raison on se demande alors vraiment ce qui peut passer par la tête de nos évêques français pour qu’ils soient capables de dénaturer pareillement la sainte bible sacrée canonique catholique… et refuser une pareille occasion (la nouvelle traduction de la bible liturgique de 2013) de régler cette question sans ambigüité me paraît ahurissant… afin de faire taire une fois pour toutes par les sermons du dimanche les blagues sur l’absence d’âmes des femmes… qu’ils alimentent donc par leur mésenseignement ! S’il vous plaît, lecteurs sains d’esprit, vos avis sont les bienvenus en commentaire de ce présent article…

Ne traduisons pas non plus faussement par : « les âmes des hommes de sexe féminin » !… car dans la bible « homo » signifie humain car à la création de l’homme, Dieu fait l’humain à son image mâle et femelle : « Et Dieu créa l’humain (du latin homo) selon son image ; selon l’image de Dieu il le créa; mâle et femelle il les créa. » (Gn 1, 27 voir note 2).

Comme quoi il est parfois intéressant de trouver de scrupuleux traducteur du latin canonique… que certains trouvent pinailleur-ergoteur… pour répondre oui les femmes ont une âme… Car finalement à tous les égards, d’expérience, la vieille bible en latin de nos ancêtres est bien plus humaine que ses trafiquations en français du 21ème siècle ! Puisqu’un pape se plaint des abus dans l’église de « sens spirituel » et prône que même ayant l’Esprit Saint, une lecture littérale de la bible est première… cela entraîne nécessairement qu’une traduction doit de même être le plus littérale possible… (voir note 1)… donc une traduction littérale ne signifie pas un traducteur… étroit d’esprit !

Vous pourriez aussi lire un complément à cet article, Âme au masculin… âme au féminin, qui montre que les femmes, et aussi les hommes… ont non pas une… mais au moins DEUX ÂMES bibliquement !





Par Arnaud Barbey le 7 mai 2020

(texte un peu enrichi le 26 septembre 2021)

Lire aussi l’article… les femmes ont DEUX ÂMES dans la bible : Âme au masculin… âme au féminin


SOURCES :

1) Site officiel de l’Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones : https://www.aelf.org/bible/Nb/31
Traduction de l’AELF (Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones), autrement nommée bible liturgique catholique en (Bible, Nombres 31, 35) : « quant aux personnes humaines, les femmes qui n’avaient pas partagé la couche d’un homme, il y en avait en tout 32 000. »

2) « les âmes des humains de sexe féminin, qui n’avaient pas connu les hommes, trente-deux-mille. » traduit de la neuve vulgate « typique » et de la vulgate canonique en (Bible, Nombres 31, 35) : « 35 animae hominum sexus feminei, quae non cognoverant viros, triginta duo milia. » Source : site officiel du Vatican : http://www.vatican.va/archive/bible/nova_vulgata/documents/nova-vulgata_vt_numeri_lt.html#31


NOTE 1 : voir l’article avec sa troisième partie « signification spirituelle » : https://blog.arnaud-barbey.fr/2020/04/09/lecture-litterale-de-la-bible/

NOTE 2 : Traduit de la neuve vulgate « typique » et de la vulgate canonique en (Genèse 1, 27) : « Et creavit Deus hominem ad imaginem suam; ad imaginem Dei creavit illum; masculum et feminam creavit eos. »

Âme au masculin… âme au féminin





Dans la bible, la réalité des âmes est qu’il existe pour âme deux noms latins, l’un masculin animus et l’autre féminin anima… Dans l’expression « les âmes des êtres humains de sexe féminin [1]» (Nombres 31, 35), l’âme est un féminin… et dans l’expression « et la cogitation féminine excitant l’âme masculine [2]» (2 Macc 7, 21), l’âme est un masculin… puisqu’ici la bible parle de « l’âme masculine », donc cette âme est sexuée ! Il existe donc bibliquement une sexuation masculine d’une âme. Et « l’âme masculine » étant signifiée par le nom masculin « animus » en latin… alors vraisemblablement, quand le nom âme est signifié par le nom féminin « anima » en latin, on peut croire qu’il s’agit alors d’une âme féminine…

Et encore, on trouve dans la bible un homme et une femme ayant chacun deux âmes, une dont le nom est au masculin et une dont le nom est au féminin…

Il faut vraisemblablement comprendre en généralisant que chaque être humain aurait deux âmes, une au masculin et une au féminin… c’est-à-dire que chaque humain aurait une âme masculine et une âme féminine !

Dans la bible, la reine Esther a une âme au masculin en (Esther 5, 2d « et gratis ac nitentibus oculis tristem celabat animum ») et une au féminin en (Esther 7, 3 « o rex, et si tibi placet, dona mihi animam meam »). De même saint Paul a une âme au masculin en (Philippiens 2, 19 « ut et ego bono animo sim ») et une au féminin en (2 Corinthiens 1, 23 « Ego autem testem Deum invoco in animam meam »).

Les âmes sont donc au moins deux, et d’ailleurs difficiles à se représenter quand par exemple la bible écrit aussi : « Excepté que la chair avec l’âme, laquelle est dans le sang, vous ne mangerez pas. » ! (Genèse 9, 4 traduit de la neuve vulgate canonique[3]) !





Par Arnaud Barbey le 7 mai 2020, modifié le 31 mai 2005.






[1] Traduit de la neuve vulgate canonique en (Nombres 31, 35) : « animae hominum sexus feminei »

[2] Traduit de la neuve vulgate canonique en (2 Macc 7, 21) : « […] et femineam cogitationem masculino excitans animo,… »
Note de traduction : animo est une déclinaison du nom masculin animus. Mais dans la bible canonique il existe pour âme deux noms, l’un masculin animus et l’autre féminin anima.

[3] Traduit de la neuve vulgate canonique en (Genèse 9, 4) : « excepto quod carnem cum anima, quae est in sanguine, non comedetis. »

Les lunatiques… différence entre foi et croyance

La bible ne mentionne que deux fois le mot lunatique[1], en saint Mathieu (4, 24 et 17, 15)… il est difficile par la seule bible de l’affirmer avec certitude, mais d’après elle on peut croire que cette maladie de lunatisme serait due à une emprise démoniaque par un genre particulier de démons.

Parce qu’ils n’arrivaient pas à soigner un lunatique par miracle (Mathieu 17, 15), Jésus traite vertement ses disciples… : « Ô génération incrédule et perverse, jusqu’où serai-je avec vous ? Jusqu’où vous pâtirai-je ? » (Mathieu 17, 17 [2]! Puis Jésus-Christ leur explique concernant ce genre de démon qu’ils n’arrivaient pas à bannir, que c’était en raison de leur foi modique (Mathieu 17, 20 [3]).

Notons que la nouvelle édition de la bible vulgate, la neuve vulgate, donne comme raison une foi modique, alors que l’édition précédente (sixto-clémentine) donne comme raison l’incrédulité… La différence est importante car si croire relève des capacités humaines, avoir la foi est seulement un don de Dieu[4]… mais un don de Dieu qui meurt s’il n’est pas mis en pratique[5]. Donc en synthèse, pour bannir ce genre de démons, il faut le don de la foi… mais aussi croire par soi-même puisque Jésus traite ses disciples de « génération incrédule et perverse » parce qu’ils n’arrivaient pas à soigner un lunatique par miracle.

Dans l’ancienne édition sixto-clémentine de la vulgate, dans ce même passage, Jésus demande en (Mathieu 17, 20) de jeûner et prier mais ce verset ayant été supprimé dans la neuve vulgate promulguée en 1979 par le Pape Jean-Paul II… on peut comprendre que jeûner et prier est devenu moins important que la nécessité de la foi concernant ce genre de démons des lunatiques.





Par Arnaud Barbey, le 15 avril 2020.






[1] Ce mot a-t-il le même sens qu’aujourd’hui ? voir l’encyclopédie wikipedia Lunatique
Mot clé : bipolaire

[2] Traduit de la neuve vulgate canonique en (Mathieu 17, 17) : « O generatio incredula et perversa, quousque ero vobiscum ? Usquequo patiar vos ? »

[3] « A cause de votre foi modique. » traduit de la neuve vulgate canonique en (Mathieu 17, 20) : « Propter modicam fidem vestram. ».
L’édition précédente de la vulgate, la vulgate sixto-clémentine, écrit : « A cause de votre incrédulité. » (Mathieu 17, 19) : « Propter incredulitatem vestram. ».

[4] Selon la bible dans le nouveau testament en (1 Cor 12, 8-9) et (Actes 3, 16) et (Galates 3, 21-23)

[5] « Comme en fait le corps sans l’esprit en est mort, ainsi aussi la foi sans les œuvres/opérations est morte. » Traduit de la neuve vulgate canonique en (Jacques 2, 26) « Sicut enim corpus sine spiritu emortuum est, ita et fides sine operibus mortua est. »

Liberté pour tous… d’essayer de bannir les démons…





Selon les évangiles, tous nous sommes libres d’essayer de bannir les démons : non seulement il y a liberté pour tous d’essayer de bannir les démons … mais Jésus demande de refuser de le prohiber !

Alors pourquoi l’église catholique[1] écrit-elle que personne ne peut légitimement proférer les exorcismes excepté sur licence de l’Ordinaire du lieu (l’évêque) donnée à un presbyte (Canon 1172[2]) ?

Voici en effet ce qu’écrit l’évangile : « Maitre, nous avons vu quelqu’un en ton nom bannissant un démon, et nous l’avons prohibé, parce qu’il ne nous suivait pas. Mais Jésus a dit : Refusez de le prohiber. Il n’est personne en fait, qui fasse un miracle[3] en mon nom et puisse vite mal dire de moi ; en fait qui n’est pas contre nous, est pour nous. » (Marc 9, 38-39[4]). De même dans l’évangile de saint Luc en (Luc 9, 49-50).

Non seulement essayer bannir les démons est autorisé évangéliquement, mais Jésus demande de refuser de le prohiber à qui ne le suit pas et le fait en son nom.

Donc le canon 1172 est un ajout d’une restriction inique en totale contradiction avec l’évangile… iniquité qui rappelle les scribes et les pharisiens[5], et le chef de la synagogue[6], qui empêchaient Jésus-Christ de faire des miracle le jour de repos du sabbat…

L’ajout de ce précepte canonique 1172 au code de droit canonique catholique est contraire aussi à la Parole de Dieu demandant de ne pas ajouter ni retrancher de préceptes aux écritures sacrées[7]… Il n’est pas possible qu’un Pape ait pu promulguer un tel canon 1172 ! Il existe une erreur ou une malversation entre ce qui a été intentionnellement promulgué par un Pape d’une part, et ce canon 1172 tel qu’il nous apparait dans l’édition du code de droit.

D’ailleurs l’auteur de cet article est témoin que des protestants évangéliques chassent des mauvais esprits… et pire encore… a entendu un homme Ivoirien lui expliquer que des compatriotes de Cote d’Ivoire n’allaient pas chez les catholiques parce que les prêtres ne chassaient pas les mauvais esprits.

Cependant, si tous ont liberté d’essayer de bannir les démons, tous n’y réussissent pas…, voir à ce sujet notre article : Les lunatiques… différence entre foi et croyance





Par Arnaud Barbey, le 15 avril 2020.






[1] Selon le concile Vatican II, l’Église du Christ est une partie de l’église catholique : « Celle-ci est l’unique Église du Christ, […] elle subsiste dans l’Église catholique, gouvernée par le successeur de Pierre et par les épiscopes dans sa communion » (Lumen Gentium § 8 :« Haec est unica Christi Ecclesia, […] subsistit in Ecclesia catholica, a successore Petri et Episcopis in eius communione gubernata »)
Source : www.vatican.va  http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_lt.html

[2] Canon 1172 — « § 1. Personne ne peut légitimement proférer les exorcismes aux possédés, excepté de la part de l’Ordinaire du lieu particulier et aura obtenu une licence expresse. 

§ 2. Que cette licence de la part de l’Ordinaire du lieu soit concédée seulement à un presbyte pieux, instruit, prudent et d’une vie prédotée d’intégrité. » Traduit du latin du Code de Droit Canonique Catholique :
Canon 1172 — « § 1. Nemo exorcismos in obsessos proferre legitime potest, nisi ab Ordinario loci peculiarem et expressam licentiam obtinuerit. § 2. Haec licentia ab Ordinario loci concedatur tantummodo presbytero pietate, scientia, prudentia ac vitae integritate praedito. »

Source : Code de Droit Canonique sur http://www.vatican.va/archive/cod-iuris-canonici/latin/documents/cic_liberIV_la.html

[3] Nous traduisons le latin virtus comme souvent par miracle… Il n’est pas possible de traduire virtus par le français vertu qui aujourd’hui prend ce sens philosophique de bonne habitude acquise par répétition des actes (bonne disposition acquise).

[4] Traduit de la neuve vulgate « typique » en (Marc 9, 38-39) : « 38 Dixit illi Ioannes: “ Magister, vidimus quendam in nomine tuo eicientem daemonia, et prohibebamus eum, quia non sequebatur nos ”. 39 Iesus autem ait: “ Nolite prohibere eum. Nemo est enim, qui faciat virtutem in nomine meo et possit cito male loqui de me; 40 qui enim non est adversum nos, pro nobis est. »

[5] Evangile de saint Luc en (Luc 6, 7).

[6] Evangile de saint Luc en (Luc 13, 14).

[7] Les saintes écritures nous mettent souvent en garde de ne rien ajouter ni retrancher à la parole de Dieu (en Dt 4, 2 (où Dieu parle); en Dt 12, 32 (où le narrateur parle); en Jr 26, 2 ; en Ecclésiaste 3, 14 (où le narrateur parle); en Apocalypse 22,18 (où le narrateur parle)). Par exemple Moïse dit au peuple fils de Dieu : « Et maintenant, Israël, entend les préceptes et les jugements, que moi je vous enseigne, si bien qu’en faisant que vous les viviez et qu’en entrant dedans vous possédiez la terre, que le Seigneur, Dieu de vos Père, est sur le point de vous donner. Vous n’ajouterez pas à la parole, que je vous dis, ni vous n’enlèverez d’elle ; conservez les mandats du Seigneur votre Dieu, que moi je vous prescris. » (Dt 4, 1-2 ; traduit de la vulgate : « 1 Et nunc, Israel, audi praecepta et iudicia, quae ego doceo vos, ut facientes ea vivatis et ingredientes possideatis terram, quam Dominus, Deus patrum vestrorum, daturus est vobis. 2 Non addetis ad verbum, quod vobis loquor, neque auferetis ex eo; custodite mandata Domini Dei vestri, quae ego praecipio vobis. ».)

Le catholicisme est-il polythéiste ?

De manière incompréhensible, le catholicisme est toujours compté dans les religions monothéistes !
Pourtant il professe depuis 2000 ans le Père, le Fils et le Saint-Esprit !
Le Credo catholique professe clairement « Je crois en Dieu le Père … Je crois en… Jésus-Christ, … ; il est Dieu, né de Dieu … »…

On compte donc déjà deux Dieu dans les premières lignes du credo… texte professé tous les dimanches au moins, simplement en France, parfois depuis 1.500 ans ou plus, dans les 45.000 églises paroissiales, soit en moyenne 2,5 églises par villes et villages, sans compter un grand nombre de chapelles privées, abbayes…

Il n’est pourtant pas difficile dans ses conditions de rejeter ces élucubrations cérébrales et ne plus se plier au conformisme ambiant de traiter encore et toujours le catholicisme de « monothéisme » ! Le catholicisme n’est-il pas un polythéisme ?





Par Arnaud Barbey le 14 avril 2020