Newsletter
LE BON GRAIN ET L'IVRAIE
Archives
Dernière parution
de l'auteur
Dieu-existe-le-dieu-cache

Suivre le Christ de la bible ou celui que nous nous fabriquons…

Notre Seigneur Jésus explique que les livres de Moïse viennent de Lui, et que ses contemporains espéraient en un Moïse qu’ils s’étaient eux-mêmes raconté, indépendamment des saintes écritures.

Bien entendu il faut actualiser ce récit à aujourd’hui, croyons-nous au vrai Jésus… ou bien à celui que nous nous racontons indépendamment des saintes écritures ? « L’ignorance en effet des Ecritures est l’ignorance du Christ. » (Vatican II, Dei Verbum § 25, voir (1)).

Jésus-Christ explique donc en saint Jean que les livres de Moïse viennent de Lui : « 44. Comment pouvez-vous croire, vous qui acceptez la gloire venant l’un de l’autre, et la gloire, qui venant du fondement est par Dieu, vous ne cherchez pas ? 45. Refusez de supputer que moi je sois sur le point de vous accuser auprès du Père ; il est qui vous accuse : Moïse, en lequel vous espérez. 46. Si en fait que vous crussiez à Moïse, que vous crussiez peut-être aussi à moi ; issu de moi en fait celui-ci a écrit. 47. Mais si aux lettres de celui-ci vous ne croyez pas, comment croyez-vous à mes paroles ? » (Jean 5, 46-47, voir (2)).

Certes les mauvaises traductions non canoniques y comprennent à tort non pas que Moïse a écrit sur inspiration du Dieu Jésus-Christ, mais que Moïse a écrit à propos de Jésus-Christ… ce qui est faux car le latin utilise un ablatif signifiant un point de départ : ainsi l’écrit de Moïse vient de Jésus-Christ…

Saint Paul le confirme et le précise quand il écrit : « Paul esclave du Christ Jésus, appelé apôtre, réuni à part dans l’évangile de Dieu, qu’avant il avait promis par ses prophètes dans les saintes Ecritures venant de son Fils » (Rm 1, 3, voir (3)). Voici : le Fils de Dieu est donc auteur de tout l’ancien testament… selon le nouveau testament…

Le Fils de Dieu soigne les humains malades… mais pour certains malades ses médicaments que sont les lois de Moïse et tous les prophètes n’ont pas toujours bon goût !

La question que pose Jésus-Christ dans l’extrait ci-dessus est intéressante, l’évangile de Jean ne montre pas que les Judéens y auraient répondu… : si nous ne croyons pas aux écrits de Moïse comment croyons-nous aux paroles de Jésus-Christ ? Mettons-les-nous en pratique sans y croire… ou refusons-nous aussi de les mettre en pratique ? En tous cas ne pas répondre est faire preuve d’hypocrisie ! Jésus-Christ reproche évidement de dire croire en Moïse alors de ne pas y croire réellement…, de même aujourd’hui de dire croire en Jésus alors de ne pas y croire réellement… pour la raison de refuser la pratique des lois et paroles de l’ancien testament… à partir du moment ou bien entendu elles sont canoniques… c’est-à-dire vraiment les paroles de Dieu… et non de mauvaises traductions ou falsifications volontaires !

Car beaucoup d’entre nous font profession de catholicisme en refusant l’ancien testament ! Or selon le Concile Vatican II : « L’ignorance en effet des Ecritures est l’ignorance du Christ. » (Vatican II, Dei Verbum § 25, voir (1)). En ignorant les écritures sacrées, toute profession d’appartenance catholique n’est qu’une profession d’identité socio-culturelle : il semble évident qu’on ne peut pas se dire chrétien, ni donc catholique, sans accepter le Christ comme auteur aussi des Livres de la Loi de Moïse selon saint Jean… mais aussi des prophètes selon saint Paul…

Jésus-Christ enseigne aux hommes qui entendent sa Parole et ne la mettent pas en pratique que comme des insensés (stulto) ils bâtiront leur habitation sur du sable (Mt 7, 26) : nos demeures sont à construire dans le royaume des cieux en mettant en pratique toutes les saintes écritures. Or la Parole de Jésus-Christ se trouve bien dans les saintes écritures. Avec Paul VI, auteur du Concile Vatican II, qui enseigne que les saintes écritures sont la première source de la vérité révélée (voir 4), le Pape Jean-Paul II enseigne que les écritures bibliques (le Verbe de Dieu) sont la première source de toute spiritualité chrétienne (voir 5). Quand donc Jésus parle de faire la volonté de son Père… cette volonté est exprimée premièrement par sa Parole, car il est le « Verbe de Dieu » transcrit dans les saintes écritures : « ce n’est pas chacun, qui me dit : « Seigneur, Seigneur », qui entrera au royaume des cieux, mais qui fait la volonté de mon Père, qui est aux cieux. » (Mt 7, 21).

Jésus-Christ dit : « elle ne peut pas être soute l’Écriture, que Père a sanctifiée et mise dans le monde » (Jn 10, 35-36; voir 6). Dieu nous met en effet en garde de nombreuses fois dans la bible de ne rien ajouter ni retrancher à sa parole. En effet l’« ignorance des Écritures est l’ignorance du Christ » (Concile Vatican II, Dei Verbum, n.25). Ainsi, la connaissance du Christ se fait par l’étude des saintes écritures, Paroles qui viennent du Verbe de Dieu, saintes écritures dans lesquelles le Seigneur nous met souvent en garde de ne rien ajouter ni retrancher à sa parole (en Dt 4, 2 (où Dieu parle); en Dt 12, 32 (où le narrateur parle); en Jr 26, 2 ; en Ecclésiaste 3, 14 (où le narrateur parle); en Apocalypse 22,18 (où le narrateur parle)).





Par Arnaud Barbey, fin mars 2020.






(1) Traduit du latin canonique de Vatican II en Dei Verbum § 25 : « Pariter Sancta Synodus christifideles omnes, praesertim sodales religiosos, vehementer peculiariterque exhortatur, ut frequenti divinarum Scripturarum lectione « eminentem scientiam Iesu Christi » (Phil. 3, 8) ediscant. « Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est » (39). ».

(2) Traduit de la neuve vulgate « typique » en (Jean 5, 46-47) : « 46 Si enim crederetis Moysi, crederetis forsitan et mihi; de me enim ille scripsit. 47 Si autem illius litteris non creditis, quomodo meis verbis credetis ? ».

(3) Traduit de la neuve vulgate « typique » en (Rm 1, 3) « 1 Paulus servus Christi Iesu, vocatus apostolus, segregatus in evangelium Dei, 2 quod ante promiserat per prophetas suos in Scripturis sanctis de Filio suo »

(4) Pape Paul VI, auteur du saint Concile Vatican II, dans son Audience Générale du Mercredi 30 octobre 1968.

(5) Jean-Paul II, Exhortation apostolique Vita consecrata, première partie du § 94. Source : www.vatican.va

(6) Traduit de la vulgate en (Jn 10, 35-36) : « 35 […] non potest solvi Scriptura, 36 quem Pater sanctificavit et misit in mundum »

Laisser une réponse

×