Newsletter
LE BON GRAIN ET L'IVRAIE
Archives
Dernière parution
de l'auteur
Dieu-existe-le-dieu-cache

Mariage des prêtres et piété





Résumé : On ne parle plus de piété, le respect de « ce qui est fixé par la loi divine »… et pour cause… saint Paul a prédit notre actualité que des prêtres ont seulement l’aspect de la piété… Éviter à quelques hommes la vie avec une femme afin de les éduquer à plus de force morale, pour leur éviter de réitérer personnellement le péché d’Adam… ces hommes ne sont pas appelés à être prêtres…






On pourra lire aussi l’article : Six dons de l’Esprit… ou quinze…! qui nous apprend selon la Magister catholique… que la piété n’est plus un des « 7 dons de l’Esprit »…!






Nous y sommes : saint Paul prévient que dans les derniers temps « seront des hommes, … ayant certes l’aspect de la piété, mais refusant sa force morale ; » (2 Tim 3, 1 voir NOTE 1).

Quant à ces hommes, « ayant certes l’aspect de la piété »… saint Paul explique que ce sont bien les ecclésiastiques qui sont décrits, qui, au-dessus de tout soupçons, sont accueillis dans les maisons : « Mais ceci tu sauras, que seront imminent dans les derniers jours des temps dangereux. Car seront des hommes, … ayant certes l’aspect de la piété, mais refusant sa force morale ; aussi évite les. Car sont de ceux-ci, qui pénétrant dans les maisons et conduisent captives des petites femmes-mulier chargées par les péchés, qui sont conduites par des convoitises variées, toujours élèves et jamais ne valent à parvenir à la science du vrai. » (2 Tim 3, 1 voir NOTE 2).

La piété est étymologiquement le respect de « ce qui est fixé par la loi divine » (Source wiktionary.org). La doctrine pseudo-catho en a changé le sens dans sa novlangue pour en faire une édulcoration affective « vendable » : « La piété est un des sept dons du Saint Esprit par lequel nous vénérons et aimons Dieu. » (voir le site eglise.catholique.fr/glossaire/piete). Ce en quoi cette définition n’est pas en accord avec la doctrine de l’Eglise qui ne considère pas la piété comme un don de l’esprit (voir mon article : Six dons de l’Esprit)

Ce mot piété est oblitéré dans le langage ecclésiastique actuel… ce terme a même été dévalorisé pour devenir une notion empoussiérée… peut-être justement parce qu’il signifie l’obéissance aux prescriptions de Dieu (Un impie et celui qui nie la piété, c’est-à-dire celui qui nie la loi divine)…

Ces ecclésiastiques ayant « l’aspect de la piété, mais refusant sa force morale »… on peut comprendre d’où ils sont issus… Dieu ne peut pas appeler aux ministères des hommes n’ayant pas envie d’une femme dans leurs bras… puisque saint Paul ordonne aux ecclésiastiques d’avoir femmes et fils (voir Les saintes écritures pour le mariage ecclésiastique). Mais il en existe. A ces hommes Dieu ne donne pas cette envie naturelle de femme pour les mettre dans un état de vie propice à leur rédemption. La raison est qu’ils sont mis dans un état dans lequel ils ont plus de facilité à résister à se laisser entrainer à suivre à tort par amour l’avis de leur femme… pour ne pas trop les mettre en situation de répéter personnellement le péché d’Adam qui se laissa entrainer par Eve à manger du fruit défendu de l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais.

Mais ces hommes, qui ne devraient pas être ministres dans l’église y sont finalement acceptés, et même plus facilement attirés personnellement… pour la raison justement de cette subversion des valeurs évangéliques qui empêche les pasteurs catholiques d’avoir une femme… Cette subversion entraine donc comme ministres dans l’église ces hommes qui refusent la force morale de l’obéissance aux préceptes de Dieu à la place de ceux qui y sont véritablement appelés… CQFD… l’église a donc ainsi hérité de ministres qui ne sont nullement appelés à un ministère pastoral… en même temps que ceux réellement appelés… qui se sont quand même laissé entrainer à outrepasser le précepte de Dieu d’avoir une femme… refusant de ce fait aussi la force morale d’obéir au précepte de Dieu ! Sauf bien entendu les prêtres qui se marient quand même après leur ordination pastorale… ceux-là seuls, obéissant à l’Esprit Saint, montrent qu’ils ont réellement une vocation ministérielle dans l’église catholique.

Donc saint Paul a prédit notre actualité que des prêtres ont seulement l’aspect de la piété.. mais n’ont pas cette piété du fait que la plupart outrepassent le précepte de Dieu d’avoir une femme et des fils (voir Les saintes écritures pour le mariage ecclésiastique) !





Par Arnaud Barbey, le 8 mars 2020





NOTE 1 : traduit de la nova vulgata canonique en (2 Tim 3, 2-5) « 2 Erunt enim homines, […] 5 habentes speciem quidem pietatis, virtutem autem eius abnegantes;  »).

NOTE 2 : traduit de la nova vulgata canonique en (2 Tim 3, 1) « 1 Hoc autem scito, quod in no vissimis diebus instabunt tempora periculosa. 2 Erunt enim homines, […] 5 habentes speciem quidem pietatis, virtutem autem eius abnegantes; et hos devita. 6 Ex his enim sunt, qui penetrant domos et captivas ducunt mulierculas oneratas peccatis, quae ducuntur variis concupiscentiis, 7 semper discentes et numquam ad scientiam veritatis pervenire valentes. »
Le terme latin mulierculas est un diminutif de mulier.

Laisser une réponse

×