Newsletter
LE BON GRAIN ET L'IVRAIE
Archives
Dernière parution
de l'auteur
Dieu-existe-le-dieu-cache

Femmes ?… uxor ou mulier ?…

Elle est mariée ou non ?





Dans nos mauvais catéchismes… les traducteurs ne distinguent pas les nombreuses appellations de « femmes » de la bible… pour eux toutes sont appelées femmes ! Ce manque ne permet pas de savoir si le texte parle d’une femme mariée ou non…

Une femme appelée uxor est dans la bible canonique catholique une femme acceptée avec laquelle on vit ensemble durablement ; on le montre ci-dessous bibliquement avec le livre de Thobie.
Une femme désignée individuellement mulier est une toujours femme non mariée, ou une veuve, ou alors ce terme désigne un groupe de femmes….

Femme-uxor

Il est écrit le livre de Thobie, avant la nuit où Sarah devient uxor de Thobie, que l’ange Raphaël prévient Tobie que Sarah deviendra sa femme-uxor la nuit prochaine : « accepte-la, et je sais qu’elle te sera donnée cette nuit comme femme-uxor [1]» (Tobie 6, 16). Deux versets plus loin : « Et lorsque Thobie eût entendu par la parole de Raphaël qu’une sœur est pour lui et de la descendance de ses pères, il l’aima beaucoup, et son cœur s’attacha à celle-ci. [2]» (Tobie 6, 18).
Puis il est écrit la nuit où Sarah devient uxor en (Thob 7, 11) : « … et elle-même est donnée à toi selon l’action judiciaire du livre de Moïse, et venant du ciel le jugement est d’être donnée pour toi celle-ci. Duis ta sœur ; dorénavant toi de celle-ci tu es frère, et celle-ci est ta sœur. Elle est donnée à toi aujourd’hui et dans l’éternité. Et que le Seigneur du ciel vous dispose bien, fils, (par) cette nuit et qu’il fasse miséricorde et paix. [3]».
Cette disposition de la femme-uxor par Dieu « que le Seigneur du ciel vous dispose bien » est une grâce divine que certains appellent « sacrement naturel ».

La femme-uxor « est donnée à toi aujourd’hui et dans l’éternité »… Quand, dans la bible, le Seigneur se fiance… ce n’est pas éternellement… mais sempiternellement ; dans la bible l’éternité ne dure pas toujours…[4] La femme-uxor n’est donc pas donnée pour toujours à un homme. Cependant, bibliquement une femme-uxor ne doit pas être séparée de son homme et réciproquement : Jésus-Christ ne permet explicitement à un homme de démettre sa femme-uxor que dans le seul cas de fornication[5].

Femme-mulier

Dans la bible neuve vulgate, une femme désignée individuellement mulier est une femme non mariée.

D’après notre étude de la signification des différentes appellations de femmes dans la bible, une femme mulier, est soit une veuve, soit une jeune fille dans la maison de son père (Gn 24, 5 ; Nb 30, 4), soit encore une concubine ; mais une femme désignée individuellement comme étant une mulier n’est jamais dans la bible une femme mariée, sinon elle serait dénommée uxor, et non pas mulier, comme par exemple l’écrit  le Livre de la Genèse: « A quelque degré, à cause de ce qui arrive, l’homme laissera son père et sa mère et s’attachera à sa femme-uxor ; de plus ils seront dans une chair une. Ils étaient l’un et l’autre nus, Adam bien entendu et sa femme-uxor, et ils ne rougissaient pas. [6]» (Gn 2, 24).

De plus dans la bible neuve vulgate, une mulier désigne aussi un groupe de femmes contenant des situations de vie différentes, mulier est donc aussi le nom générique de femmes.





Par Arnaud Barbey, le 15 avril 2020.






[1] Traduit de la neuve vulgate en (Tobie 6, 16) : « accipe illam, et scio quoniam dabitur tibi hac nocte uxor. »

[2] Traduit de la neuve vulgate en (Tobie 6, 18) : « Et cum audisset Thobia s sermones Raphael quoniam soror est illius et de semine patris illius, dilexit eam valde, et cor eius haesit illi. »

[3] Traduit de la neuve vulgate en (Thob 7, 11) : « … et ipsa datur tibi secundum iudicium libri Moysis, et de caelo iudicatum est tibi illam dari. Duc sororem tuam; amodo tu illius frater es, et haec tua soror est. Datur tibi ex hodierno et in aeternum. Et Dominus caeli bene disponat vobis, fili, hac nocte et faciat misericordiam et pacem ”. »

[4] Dieu dit dans le livre d’Osée : « Et je fiancerai toi à moi en sempiternel ; » (Osée 2, 21). Bibliquement l’éternité ne dure pas toujours… c’est bibliquement le mot sempiternel qui signifie ce qui dure toujours :

Eternel vient du latin aeternus : qui dure longtemps.
Aeternus  est une contraction d’aeviternus, issue de aevum (âge, longue durée, durée de la vie), et du suffixe ter (vraisemblablement un superlatif léger). Source : aeternus : https://fr.wiktionary.org/wiki/aeternus // ter : https://fr.wiktionary.org/wiki/-ter#la // suffixe nus adjectival ou nominal : https://fr.wiktionary.org/wiki/-nus#la

Sempiternel vient du latin sempiternus : qui dure sans cesse, et du suffixe ter (vraisemblablement un superlatif léger).
C’est bibliquement ce mot sempiternel qui exprime ce qui dure toujours :
Sempiternus a comme préfixe semper, qui signifie toujours en latin :
Source : sempiternus : https://fr.wiktionary.org/wiki/sempiternus

Quand le Seigneur fiance… ce n’est pas éternellement… mais sempiternellement ! Il dit dans le livre d’Osée : « Et je fiancerai toi à moi en sempiternel ; » (Osée 2, 21 traduit de la neuve vulgate canonique : « Et sponsabo te mihi in sempiternum; ») : c’est ici le Seigneur qui parle car « Dominus » parle au verset 18 précédant : mais ce Seigneur est Dieu « Deus » au verset 26 suivant : « Deus meus es tu ».

[5] La fornication est un de ces mots dont les falsifications successives ont perverti la signification qu’elle a dans les évangiles. L’auteur de ce travail s’est attaché a en retrouver le sens biblique que voici :
Par son emploi dans le contexte de la bible catholique canonique (la neuve vulgate promulguée en 1979), la fornication apparait comme une action mentale, exprimant un mouvement de pensée volontairement dévoyée ; la fornication est la faute d’une attitude générale en rapport avec des idées viciées, des vérités tordues, la fornication ayant une origine latine signifiant « action de cintrer », c’est-à-dire de rendre courbe ce qui est droit, autrement dit de dévoyer, de détourner de la voie, dans le but d’obtenir des avantages, et en employant des moyens qui sont en dehors des voies évangéliques. Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter une explication imparfaite de la fornication (en cours de refonte totale…) sur internet sur le site anté-matière.fr : la fornication pour les nuls.

[6] Traduit de la bible catholique neuve vulgate « typique » en (Gn 2, 24) « : Quam ob rem relinquet vir patrem suum et matrem et adhaerebit uxori suae; et erunt in carnem unam. Erant autem uterque nudi, Adam scilicet et uxor eius, et non erubescebant. ».

Laisser une réponse

×